mercredi 2 mars 2016

J'ai allaité 2 ans, ça a été dur mais ça a été bien.

Avant de débuter un nouvel allaitement (dans 3mois et demi, normalement, on verra bien si cet enfant est pressé ou pas), je voulais refaire le point sur l'unique expérience d'allaitement que j'ai eu et tous ce que j'ai appris sur l'allaitement, au cas où ça puisse servir, à moi comme à d'autres futures mamans.

J'ai eu la malchance d'avoir un accouchement un peu compliqué et ma césarienne s'est compliqué, à cause de ça, je n'ai pas pu allaiter mon fils 48h (l'iode que l'on m'avait injecté était toxique pour lui) donc mon bébé s'est retrouvé à même pas 24h de vie avec des biberons et moi avec l'impression claire et nette que mon allaitement je pouvais tirer un trait dessus !
Mais la nature a été sympa et quand j'ai remis mon fils au sein 48h plus tard, j'avais du lait. Suite à ça, j'ai un peu souffert, c'est vrai. La montée de lait, ça fait mal, ça inonde, ça demande d'acheter des soutiens gorge plus grands (je crois qu'il faut une taille de plus qu'en fin de grossesse), des coussinets d'allaitement, des coquilles d'allaitement, parfois de la crème (la mienne ne m'a pas servi).

Concrètement, ça m'a demandé beaucoup d'investissement aussi, à priori une tétée dure 20min, mais pas pour mon fils, non mon tout petit tétait au moins 30/45min, certaines tétées ont dépassées l'heure. Je le nourrissais à la demande, sans le réveillait, au début il réclamait toutes les 3/4h puis il y a le merveilleux pic de croissance des 3semaines ! Autant dire que j'ai allaité mon fils 3jours, sans pause, sinon hurlements. Il se calmait un peu la nuit mais franchement après une journée entière à allaiter j'étais épuisée.

Puis, il y a eu la joie des coliques, toutes les 2h, pourquoi j'évoque les coliques dans un article sur l'allaitement ? Car mon bébé n'était soulageait que par le lait maternel, uniquement. On a tenté de le mettre sur le ventre, de le masser, de ramener les genoux sur le ventre, d'éliminer tous les aliments difficilement digérables de mon alimentation, etc, c'était téter ou rien. Donc c'était tétée.
Et c'était tétée toutes les 2h la nuit, pendant 3mois, en journée il réclamait plutôt toutes les 4 à 6h jusque 6mois environ.

J'ai trouvé que la montée n'avait pas duré aussi longtemps que ce que j'imaginais, bon d'accord, j'ai eu l'impression d'avoir de la pierre a la place de la poitrine tant c'était gonflé et sensible, mais je n'en ai souffert qu'un mois.
J'ai aussi parfois tiré mon lait, et mon fils tirait plus fort que le tire lait. Je n'ai eu aucune crevasse, heureusement.

A 6mois, il y a eu la diversification, et là j'ai réduit le nombre de tétées (je devais en être à 6/7 tétées par jour) à 4. Il tétait le matin au réveil, puis il tétait en complément du déjeuner et en complément du gouter et du diner. La nuit, c'était aléatoire à vrai dire. Les tétées duraient toujours au moins 30/45min (d'ailleurs, à cette époque, le matin je regardais scooby doo en mangeant des céréales pendant qu'il tétait, c'est dire s'il tétait longtemps !).

Je me suis endormie pleins de fois en allaitant la nuit, et lui aussi, d'ailleurs, ça endort super bien l'allaitement ! Je ne voulais pas instaurer le cododo, mais les coliques toutes les 2h, c'était trop fatiguant après les journées donc quand je le mettais au sein, je succombais. Mais avec précaution, je le mettais à côté de moi (on était tous deux allongés), sur mon bras, la couverture couvrait uniquement mes jambes (j'ai précisé que mon bébé était né fin décembre et que donc j'ai fait ça au mois de janvier, février et mars ? J'avais froid, je l'avoue), pas mon bébé, qui était en gigoteuse, et le coussin d'allaitement était callé derrière lui, pour éviter tout risque de chutes.
Il était si près de moi que certaines nuits, il me réveillait en se tordant de douleurs avant même de se mettre à pleurer de douleurs. Mais quand ça n'était pas les coliques, il est vrai que j'ai endormie mon fils au sein, il s'endormait avec difficulté et l'allaitement était le calmant le plus efficace que j'ai testé, pour tout, tout le temps !

Il a eu quelques biberons de mon lait, et ce même assez jeune, vers quelques semaines, ça ne l'a pas plus perturbé que ça, il n'en avait que quand on avait de la visite pendant longtemps. Oui, je n'allaitais pas en public. Je ne dis pas qu'il faut se cacher pour allaiter, je suis d'ailleurs assez fière d'avoir allaité et si longtemps mais pour moi, ce moment c'était mon bébé et moi. Oui, c'est égoïste mais je l'ai porté, je l'ai nourri et ce lait qui l'a fait grandir et grossir était aussi ce qui l'apaisé, ce qui me reposait. Donc pour moi, l'allaitement c'était un temps calme, un temps de repos entre nous deux et je n'ai pas tenu à partager ça avec mes proches (bon le papa est resté des tas de fois, mais je ne pense pas qu'il vivait ça comme moi) et ainsi j'allaitais à l'écart, seule.

Une fois la diversification bien en place, il a beaucoup moins tété, beaucoup, beaucoup, beaucoup moins tété ! Il a commencé à bien mangé vers 8mois, à partir de là, les tétées duraient moins de 30min. Ca a doucement diminué autant en temps qu'en fréquence pour arriver à 2tétées par jour de 10min vers 1 an et demi (une le matin et une le soir).

Le sevrage s'est fait sans aucune difficulté car je suis tombée enceinte et que donc j'avais mal quand je l'allaitais (MAAAAAAAL) mais surtout qu'il ne voulait plus du lait (d'après ma maman c'est car il prend un mauvais gout du à la grossesse). Donc à 1mois et demi de grossesse, presque 23mois d'allaitement, ça a cessé, comme ça, un jour après l'autre, un jour sans tétée, un jour à refuser, un jour à tétouiller, etc. Je culpabilisais un peu, car il était tout petit petit mon bébé qui arrêtait de téter mais au final, il n'a jamais réclamé et n'a jamais ré accepté le sein.

Je garde un très bon souvenir de mon allaitement, mon lait a été pour moi une fierté, j'ai souvent dit "Oui, j'allaite toujours et je compte allaiter jusque 2ans si possible !" ou "Non, je ne vais pas arrêter." ou encore "Non, il ne va pas prendre du lait en poudre, ça ne sert à rien, il a déjà mon lait et c'est mieux." et pire "Ben oui, des fois je l'endors au sein car il arrive pas à s'endormir et que je veux pas lui donner la tétine. _ Oui mais ton sein est pas une tétine. _ Non, car la tétine serait un substitut de mon sein, autant utiliser l'original."

Oui, allaiter c'est douloureux, en même temps, le role de mes seins était d'allaiter et jusque là ils n'avaient jamais servi donc ça ne m'a pas surprise d'avoir mal. Oui, je ne pouvais pas me faire seconder et c'était parfois un peu trop pour moi mais en même temps, ça calmait si bien mon bébé et ça lui apportait tant de bien que je ne me voyais pas arrêter. Oui, des fois j'ai dit non à mon fils qui venait réclamer le sein car j'avais pas envie (bon il avait passé un an aussi) et je ne m'en veux pas et je crois que lui non plus, on vivait ce moment comme un bon moment ensemble et ça nous allait.

Tous les petits miracles de l'allaitement:
_ Au début, on a pas du lait, on a du colostrum qui permet au bébé d'évacuer ce qu'il a accumulé dans ses intestins durant la grossesse.
_ Le lait change de gout et de composition selon si bébé est malade, le sexe du bébé, l'âge du bébé, la période de la journée et les repas ingurgités par la mère.
_ Le lait donne des anticorps qui protègent bébé des maladies.
_ Le lait transmet des hormones qui anesthésient la douleur et apaisent bébé, je crois qu'il y a aussi des hormones de croissance dedans.
_ Le lait est tout le temps prêt et sous la main de la mère allaitante.
_ Allaiter fait contracter l'utérus et donc lui permet de retrouver sa taille normale plus rapidement.

J'ai adoré allaiter, j'espère pouvoir recommencer, mon fils n'a pas été plus accro à moi que ça (d'ailleurs, il n'est pas vraiment accro à moi du tout !) grâce à l'allaitement. J'aurais pu arrêté plus tot ou plus tard (enfin peut être) mais nous étions à l'aise comme ça et je nous ai fait confiance.
Je ne dis pas ici qu'il FAUT allaiter, je ne dis pas que ne pas tenter ou ne pas réussir c'est mal, je tenais juste à donner une expérience d'allaitement, la mienne, car j'ai beaucoup entendu et lu que l'allaitement ressemblait à de l'esclavage par des mères allaitantes et je dois dire que j'ai beau avoir allaiter longtemps et exclusivement, je ne l'ai pas vécu comme ça.

Devenir parent ça fait parfois un peu peur (j'avoue avoir peur de ce bébé qui grandit en moi et qui arrive si bientôt, je sais que j'ai déjà connu ça mais là je me sens totalement démunie !!!!) et je pense qu'avoir des bonnes et mauvaises expériences permet aussi de se rassurer. J'espère aussi avoir pu répondre à quelques questions que des futures mamans peuvent se poser, en sachant que mon bébé et mon expérience de l'allaitement ne seront jamais les vôtres, que vous allez toutes vivre d'autres choses que moi (et que mon bébé tétait super longtemps !).
J'attends aussi de voir comment va se passer mon second allaitement, j'admets ne pas réussir à réaliser que ça pourrait être différent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire